Wednesday, February 28, 2018

Le monde de Sophie – Freud


Freud est né en 1856 (à Freiberg : République tchèque). Il a étudié la médecine à l'université de Vienne et il s’est spécialisé en neurologie. Il est l’un des représentants les plus importants des mouvements naturalistes qui ont marqué la fin du xixe siècle. Il a mis au point sa méthode thérapeutique qui consiste à faire remonter à la conscience du patient une « expérience traumatisante » de son passé qui est restée cachée au fil des années pour pouvoir y faire face. Il a déclaré que de nombreuses formes de névroses ou de souffrances psychiques pouvaient remonter à des conflits dans l'enfance. Dans ce sens, Freud a pratiqué ce qu'il a appelé la technique d'associations libres qui consiste pour le patient à exprimer toutes les pensées (idées ; images ; …) sans discrimination et de manière spontanée. En effet, le patient allongé raconte librement tout ce qui lui vient à l'esprit. Le rôle du praticien consiste à casser ce contrôle qui maintient enfermés les traumatismes qui dérangent constamment le patient.

Son livre le plus important parus en 1900 s'intitulait l'Interprétation des rêves. Il y explique que tout rêve est l’accomplissement déguisé d’un désir refoulé et qu’à travers les rêves, les pensées inconscientes essaient de se frayer un chemin jusqu'à la conscience. Freud a déclaré aussi que les petits enfants ont une sorte de sexualité. A cause de cela, il est devenu très impopulaire dans le milieu bourgeois à Vienne.

Cartographie de l'appareil psychique élaboré par Freud


Traits généraux de la théorie psychanalytique de Sigmund Freud

Pulsions et raison

Freud pense qu'il existe une relation conflictuelle entre les pulsions et les désirs de l'homme d’un côté, et les exigences du monde qui l'entoure de l’autre. Selon lui, il n'y a pas que la raison qui guide nos actions. Des impulsions irrationnelles déterminent elles aussi nos pensées, nos rêves et nos actions. Elles peuvent être aussi l'expression d'instincts ou de désirs profonds.

Le ça, le Moi et le Surmoi

Freud appelle le « principe de pulsion » ou de « plaisir » en nous, le « ça ». Le ça désigne la part la plus inconsciente de l’homme, c’est le réservoir des instincts humains, le réceptacle des désirs inavoués et refoulés au plus profond. Cependant, selon Freud, en grandissant on apprend progressivement à prioriser le principe de réalité au principe de plaisir. On construit ainsi un Moi qui assure la stabilité du sujet, en l’empêchant au quotidien de libérer ses pulsions. Freud mit en évidence une troisième instance dans l'âme de l'homme appelé le Surmoi qui représente une intériorisation des interdits parentaux, une puissance interdictrice  dont le Moi est obligé de tenir compte.

Le conscient, le préconscient et l’inconscient

Selon Freud, l’âme humaine est composée du conscient, du préconscient et de l’inconscient :
- Le conscient : c’est là ou sont reçues les perceptions du monde extérieur et du monde intérieur 
- Le préconscient cache des pensées ou des expériences qui peuvent revenir en mémoire avec un effort de concentration 
- L’inconscient constitue les pensées jugées inconvenantes et déplacées, et refoulées.

Mécanisme de refoulement

Selon Freud, il y a un mécanisme de refoulement chez les êtres humains en bonne santé. Cependant, certains souffrent énormément pour refouler des pensées dérangeantes qui tentent constamment de remonter à la conscience et maintenir ainsi cet équilibre artificiel entre leurs désirs et la réalité. Ces pensées et ces désirs refoulés et qui essaient de remonter à la conscience se manifestent sous plusieurs formes de réactions inconscientes :
- Le lapsus est une erreur verbale ou écrite ou mémorielle qui apparaît comme une manifestation inconsciente. 
- La rationalisation est le procédé par lequel le sujet cherche à donner une explication cohérente du point de vue logique, ou acceptable du point de vue moral, à une attitude, une action, une idée, un sentiment, etc. 
- La projection opération par laquelle une personne expulse de soi et localise dans l’autre, des qualités, des sentiments, des désirs, voire des « objets », qu’il méconnaît ou refuse en lui.

Interprétation des rêves

Freud voit dans le rêve la satisfaction masquée des désirs refoulés. En effet, ces désirs sont souvent déguisés parce que même en dormant, il y a une censure sévère exercée. Il signale qu’il y a une différence entre les images proprement dites du rêve « contenu manifeste » du rêve qui trouve toujours sa source dans les événements de la veille et son sens caché « le contenu latent » du rêve qui échappe à la conscience et peuvent remonter très loin, parfois même jusqu'à l’enfance.

Rachida KHTIRA

Software Engineer at the Moroccan Ministry of Finance.
Interests: Reading, travel and social activities.

1 comment: