Wednesday, May 31, 2017

Room - Movie vs Book

 

When I first saw the movie trailer, it showed a young woman and a long-hair child living in a small room. I couldn’t understand who they are and why they are living there. So even if it stimulated my curiosity, I thought it would be a boring movie, but I decided to watch it anyway.  At my surprise, I found the movie very interesting. Although the story is simple and contains few characters and events, it’s very deep and full of emotions and describes the relationship mother-son in a wonderful and unprecedented way. That’s why, I decided to read the original book to live the experience from the author perspective and understand more what she wants to express.

Summary
The book tells the story of a young woman and her son enclosed in a room without windows. The only thing they can see of the outside is the sky through a small skylight in the ceiling. The story is narrated by the little boy who is five years old, and it’s divided into two main parts. The first part describes in details their life inside the room, the environment where they live, their routine, their habits, their feelings and their relationship. The second part focuses on their life outside the room, how they interact with people, how they adapt with the new world and how they deal with the new challenges.

Main Characters
Jack: A 5-year old boy
Ma: Jack's mother.
Old Nick: The kidnapper
Grandpa: Ma’s father
Grandma: Ma’s mother
Leo (Steppa): Ma’s step father
Uncle Paul: Ma’s brother
Deana: Paul’s wife
Bronwyn: Paul’s daughter, Jack’s cousin
Dr. Clay, Dr. Kendrick: Doctors working at the hospital
Noreen: The nurse
Mr. Morris: The lawyer

Review
Environment
In this book, the space seems to get wider and time becomes eternity in that small room. For Jack, Room is not like any other room, it’s a big planet where everything has a name, a life, a meaning, a role and a place. He considers Room as Home and he is attached to everything in it. I'm really impressed of the capacity of the author to create a story for every little thing in that room.

Relationship Mother-son
The relationship between the little boy and his mother is unique. It seems like a tale from an imaginary world, but the feelings inside are very deep and realistic. When I started reading the book, I felt a little bored at the beginning, but once I got deeper in the story, I became attached to the two characters; I loved their relationship, their complicity, and their attachment to each other. And although I sympathized with their situation, but I liked the way they live and feel. Especially in the first part, it was hard for me to choose between reading fast to know how they will get out of Room, and reading slowly to enjoy every moment between these two people.
This book taught me a lot about education and changed my perception of things. It made me realize that children can be happy with little and simple things, they don’t always need new clothes, new games, new activities, what they really need is love, care and trust. These things make them hope, fight and survive.
Our children need us to play with them, to sing with them, to create games and activities together based on simple things, and sometimes they just need to sit in our laps or to lie next to each other and stare at the ceiling. They need to feel loved and safe; they just want to be with us.


Emotions
The story is heartbreakingly beautiful and sweet, especially because it’s told from the perspective of a little boy. Although the way he describes things is naïve, simple and innocent, but it’s still logic and deeply emotional. Jack is like any other child, he is sometimes wise, sometimes annoying, but what’s special about him is the way he understands his mother, the way he trusts her and gives her excuses, the way he deals with her moments of depression and the way he respects sometimes her need for privacy even in this small room.

Another thing I really liked about this book is that the author didn’t choose to make Ma a heroic character. On the contrary, she considered her as a normal mother trying to protect her child, she is not perfect, she makes mistakes, she feels tired and depressed sometimes; she is human after all.

Below some extracts that express these points.
"Ma who lies but doesn't lie, she’s not mean but sometimes she does mean things."
"I don’t have a bath on my own, I just get dressed. There’s hours and hours, hundreds of them. Ma gets up to pee but no talking, with her face all blank. I already put a glass of water beside Bed but she just gets back under Duvet. I hate when she’s Gone, but I like that I get to watch TV all day. I put it on really quiet at first and make it a bit louder at a time. Too much TV might turn me into a zombie but Ma’s like a zombie today and she’s not watching even."
"I tell all the things it’s OK because Ma will be back tomorrow. I read the five books all myself only just bits of Alice. Mostly I just sit. I don’t do Scream because of disturbing Ma. I think it’s probably OK to skip one day."
"Yeah, but I thought he was going to punish us too." I try to imagine. "Like if there were two Rooms, if he put me in one and you in the other one." "Jack, you’re wonderful." "Why I’m wonderful?" "I don’t know," says Ma, "that’s just the way you popped out."

Values
The book focused a lot on the volatility of values. During the Room period, Ma did her best to teach her son good values; she forbade him to watch more than a show on TV, she made him brush his teeth after each meal, she ate the rest of his meals because otherwise it would be a waste, she told him not to lie, she made him go to bed early, etc. But once they are outside the Room, she’s changed completely. Instead of maintaining these values and habits, she started ignoring them and lost interest in applying them, even when Jack reminded her, which makes the latter very confused.
This shows how we, humans, can sometimes easily change our values depending on situations and constraints. This attitude if taken lightly could have a very harmful effect on our children’s perception of morals.

Room vs Outside
When Ma was inside Room, she was longing for freedom, for coming back to her home, her family and her old life, and she was sure she would be happy again if she escapes. As for Jack, he already felt free based on his own perception, and satisfied with the little things he has in Room. He never lived outside, so doesn’t belong to it and doesn’t feel a need to leave Room, he even felt frustrated because Ma insisted to escape.


When they come out, both had difficulties to adapt to the new world, but it seemed as if Jack was more able to do that. Even shocked with the large amount of new information he has to deal with, he easily got used to it, he became ready to learn and discover new things, and he was even trying to enjoy the new world. Ma, on the contrary, was the one who struggled to recover, she couldn’t handle all the changes that had happened in her world, and couldn’t face the new challenges, she felt sadder than Room even if she wouldn’t want to come back to it.
"Ma sings me songs but there’s no more of them anymore. She smashed my head on the table in Room Number Seven. She took the bad medicine, I think she was too tired to play anymore, she was in a hurry to get to Heaven so she didn’t wait, why she didn’t wait for me? "
"When I was four I thought everything in TV was just TV, then I was five and Ma unlied about lots of it being pictures of real and Outside being totally real. Now I’m in Outside but it turns out lots of it isn’t real at all."
"In Room me and Ma had time for everything. I guess the time gets spread very thin like butter over all the world, the roads and houses and playgrounds and stores, so there’s only a little smear of time on each place, then everyone has to hurry on to the next bit.Also everywhere I’m looking at kids, adults mostly don’t seem to like them, not even the parents do. They call the kids gorgeous and so cute, they make the kids do the thing all over again so they can take a photo, but they don’t want to actually play with them, they’d rather drink coffee talking to other adults. Sometimes there’s a small kid crying and the Ma of it doesn’t even hear."

Comparison between the book and the movie
Like any movie inspired from a book, there are many differences between « Room » the movie and « Room » the book. Some of these differences are presented in the table below.
In the book
In the movie
Jack starts asking questions about people in the TV, and "Ma" was obliged to explain to him that what the TV shows is real and exists outside the Room.
When Jack is five, "Ma" decides to tell him about the world outside the Room.
Jack’s curiosity and endless questions remind "Ma" of her old life and give her hope to come back to it.
"Ma" has always been thinking about escaping, she has just been waiting for her child to grow up so that he can help her escape.
The evasion plan was inspired from a discussion with Jack.
The evasion plan was the idea of "Ma".
"Ma" has a brother and his brother is married and has a daughter
"Ma" doesn’t have brothers
"Ma" and Jack stay at the hospital a long period. Most events happen there.
"Ma" and Jack don’t stay a long time at the hospital. Most events happen in Grandma’s house.
Jack decides to cut his hair suddenly.
Jack decides to cut his hair and sent it to his mother at the hospital to help her overcome her illness.
"Ma" and Jack decide to have their own house.
"Ma" and Jack stay in Grandma’s house.
"Ma" still breastfeeds Jack at the age of 5.
Breastfeeding is barely mentioned.


Evaluation
Despite the differences between the book and the movie, I give them both the same rating 4/5 even if the reason for each is not the same.
When I read reviews about the book in goodreads.com, many people didn’t like it, first because it’s narrated by a 5-year old boy and second because the whole first part was inside the Room, which they considered simplistic and boring at the same time. Personally, even if I found the way of simplifying things, as perceived by Jack, too exaggerated sometimes, but most of times, it was funny, emotional and realistic. Moreover, I think the author is a genius because she could create a whole world in a tiny room based only on two characters and few objects, it demands wide imagination, a remarkable sense of detail and high sensitivity. The second part outside the room was less successful for me because it breaks the spell of the first part, it describes situations from normal life, situations that every little child actually faces.
In the movie, the pace of events was fast, especially in the first part, which didn’t give the opportunity to understand the deep relationship mother-son and the transition between Room and Outside. However, some modifications decided by the author were good to the movie, such as the scene where Jack cut his hair and sent it to his mother to give her strength, and the fact not to focus on breastfeeding, because otherwise it would have been somehow shocking.


Amal

Thursday, April 27, 2017

Le monde de Sophie – Partie 9



IX. Le Romantisme

La période romantique a commencé en Allemagne à la fin du xvIIIe siècle et a continué jusqu'au milieu du xixe siècle comme réaction du sentiment contre la raison. Les nouveaux mots d'ordre étaient « sentiment », « imagination », « expérience » et « nostalgie ». De nombreux romantiques se considéraient comme des descendants de Kant qui a différencié entre « la chose en soi » et la « la chose pour moi ». Ainsi, chacun pouvait redéfinir à sa guise son rapport au monde et donner sa propre interprétation du réel.

L’Art

L’un des traits communs entre la Renaissance et le Romantisme est la place privilégiée accordée à l’art comme moyen de connaissance. Avant les romantiques, Kant s'était interrogé sur l'origine du ravissement de l’homme face à quelque chose de très beau comme par exemple une œuvre d'art. Selon lui, la contemplation esthétique approche l’homme de l'expérience de la « chose en soi » parce que, ainsi, il déborde du strict cadre de la raison. Pour Kant, l'artiste aussi exerce librement, sa faculté de connaissance et joue avec elle.

Pour les romantiques, seul l'art permet de cerner « l'indicible ». Ainsi, l'artiste peut faire passer des messages que les philosophes sont incapables d'exprimer. Une des idées novatrices de ce mouvement était le concept de «génie artistique» qui est irrationnel, subjectif, créatif, animé par l’inspiration divine, l’intuition et les passions. Et ce, contrairement aux artistes des Lumières qui étaient disciplinés par la raison, les codes et les conventions. Tout cela a donné naissance à une nouvelle conception de l'art, qui exige une liberté absolue de création et d'imagination individuelle et qui refusait les contraintes imposées par les règles et les traditions. Beethoven est un exemple des artistes romantiques. Sa musique traduit les émotions et les désirs d'un être humain. Il s'oppose ainsi aux grands maîtres de la musique baroque comme Bach et Haendel, qui composaient en l'honneur de Dieu et d'après des règles souvent assez strictes.

Nostalgie, amour impossible et oisiveté

Les romantiques voulaient retrouver la trace de cultures plus lointaines, comme la culture et la mystique orientales. Ils se sentaient attirés par la nuit, les lueurs crépusculaires, les ruines et le surnaturel...

Chez les romantiques, on trouve aussi l'amour impossible. Par exemple, dans le roman « les Souffrances du jeune Werther » de Goethe publié en 1774, le jeune Werther qui ne peut obtenir celle qu'il aime se suicide à la fin. A l’époque du romantisme, le suicide était à la mode.

Les romantiques aussi considéraient l’oisiveté comme l'idéal du génie et la paresse comme la vertu du romantique. Ils pensaient qu’il fallait faire toutes sortes d'expériences et rêver pour s'échapper du monde réel. Pour eux, la routine, c'était bien assez bon pour les petit-bourgeois.

L’âme du monde ou l’esprit du monde

Le romantisme se caractérisait par la nostalgie d'une nature sauvage et mystique. Ce mouvement considérait la nature comme un tout. Ainsi pour les romantiques, la philosophie, les sciences expérimentales et la littérature faisaient partie d'un grand tout.

Contrairement à Descartes et Hume qui avaient distingué entre le moi du sujet et l'« étendue » de la réalité,  ainsi que Kant qui a séparé entre le « moi connaissant » et la nature « en soi ».  Les romantiques s'inscrivaient dans la tradition de Spinoza, de Plotin et des philosophes de la Renaissance comme Jacob Böhme et Giordano Bruno qui étaient panthéistes et ont affirmé avoir fait l'expérience d'un « moi » divin au sein de la nature. Dans ce sens, la nature était conçue par les romantiques comme un organisme vivant. Ils utilisaient l'expression l'« âme du monde » ou l'« esprit du monde » :
- Le premier grand philosophe romantique est Friedrich Wilhelm Schelling. Il a vécu de 1775 à 1854 et a affirmé que la nature n'était selon lui que l'expression d'un absolu ou de l'« esprit du monde ». Schelling disait : « La nature est l'esprit visible, l'esprit la nature invisible». Pour lui, la nature et la conscience de l'homme sont simplement deux formes d'expression de la même chose. On peut donc chercher l'« esprit du monde » aussi bien dans la nature qu'en soi-même.
- Novalis qui était un des génies romantiques, a déclaré que « le chemin mystérieux va vers l'intérieur ». Il entendait par là que l'homme porte tout l'univers en lui et que c'est en plongeant à l'intérieur de soi-même que l'homme peut ressentir le mystère du monde.
- Le philosophe allemand Johann Gottlieb Fichte qui a vécu de 1744 à 1803, expliquait que la nature n'est que l'émanation d'une instance supérieure qui prend inconsciemment cette forme.

Le romantisme et l’histoire

Selon Johann Gottfried Herder, le cours de l'histoire n’était que le résultat d'un processus visant à un but bien défini. Il avait une conception « dynamique » contrairement à la conception « statique » des philosophes des Lumières. Herder pensait que chaque peuple à une époque donnée avait sa spécificité, ce qu'il appelle l'« âme du peuple ». Toute la question est de connaitre notre capacité de nous transposer dans ces différentes cultures. Le romantisme a contribué ainsi à renforcer l'identité culturelle de chaque nation.

Les formes du romantisme

On distingue deux formes de romantisme :
1. Le romantisme universel et qui fait référence à la conception de la nature, à l'âme du monde et au génie artistique et qui s’est développé surtout à Iéna en Allemagne, vers 1800.
2. Le romantisme national qui a surgi des années plus tard à Heidelberg. Les romantiques nationaux s'intéressaient surtout à l'histoire, à la langue du « peuple », c'est-à-dire à tout ce qui relevait de la culture « populaire ». Car le peuple aussi était considéré comme un organisme devant développer ses possibilités internes, tout comme la nature ou l'histoire.
Ce qui relie ces deux aspects du romantisme :
- La notion d'organisme : Tout, que ce soit une plante, le peuple, un poème, la langue ou la nature tout entière, était considéré comme un organisme vivant.
- L'esprit du monde : cette notion était aussi présente dans la culture populaire que dans la nature et l'art. On a redécouvert les anciens mythes et les poèmes païens afin de rapprocher la littérature populaire de la littérature dite savante. Par exemple, À Heidelberg, on avait rassemblé des airs et des contes populaires comme les Contes des frères Grimm qui rassemblent les histoires de Blanche-Neige, le Petit Chaperon rouge, Cendrillon, Hänsel et Gretel... Des compositeurs se mirent à introduire des airs populaires dans leur musique, tentant par ce moyen de rapprocher la musique populaire de la musique dite savante c'est-à-dire composée selon des règles bien précises.


Rachida KHTIRA

Software Engineer at the Moroccan Ministry of Finance.
Interests: Reading, travel and social activities.

Friday, March 31, 2017

Le monde de Sophie – Partie 8


VIII. Kant

Emmanuel Kant est né en 1724 en Prusse Orientale à Königsberg (aujourd'hui Kaliningrad) où il a vécu presque toute sa vie. Kant était protestant,  son éducation piétiste rigoureuse a influencé sur toute sa philosophie. Selon lui, il était essentiel de sauver les fondements de la foi chrétienne. Kant était ce qu’on peut appeler philosophe professionnel, ce qui signifie qu’il maitrisait les autres pensées philosophiques et il les enseignait à l'Université. Mais en même temps il a fondu sa propre conception. Dans ce sens, Kant a réussi à sortir la philosophie de l'impasse où elle se trouvait avec la querelle entre les rationalistes d'un côté et les empiristes de l'autre. Il est décédé à l'âge de quatre-vingts ans. Sur sa tombe à Königsberg est gravée une de ses plus célèbres maximes : « Deux choses ne cessent de remplir mon cœur d'admiration et de respect plus ma pensée s'y attache et s'y applique : le ciel étoile au-dessus de ma tête et la loi morale en moi. »

Pensée
Détails – Extraits du livre
Kant pense que les sens et la raison jouent toutes les deux un grand rôle dans la découverte du monde, mais il pense aussi que les rationalistes accordent trop de pouvoir à la raison et que les empiristes se limitent trop à leurs expériences sensibles.
Que l'expérience de nos sens soit à l'origine de toute connaissance, cela il l'admet volontiers à la suite des empiristes, mais il ajoute que notre raison seule possède les conditions requises pour analyser comment nous percevons le monde.
Kant pense que la raison dispose de certaines facultés qui déterminent toutes nos expériences sensibles.

Il insiste sur le fait que le temps et l'espace sont des éléments constitutifs de l'homme et qu’ils sont des structures intuitives qui ne relèvent pas du monde.
Quelle que soit notre expérience sensible, elle s'inscrit obligatoirement dans l'espace et le temps. Kant appelait  l'« espace » et le « temps » les deux « formes à priori » de la sensibilité de l'homme, c'est-à-dire qu'elles précèdent toute expérience. Cela signifie que nous savons à l'avance que toute expérience sera inscrite dans le temps et l'espace.
Selon Kant, la conscience de l'homme n'est pas une feuille blanche où s'inscriraient de façon « passive » les impressions de nos sens. C'est au contraire une instance éminemment active, puisque c'est la conscience qui détermine notre conception du monde.

Kant affirmait que si la conscience est formée à partir des choses, les choses à leur tour sont formées à partir de la conscience. Ce dernier point était considéré comme la « révolution copernicienne » dans le domaine de la connaissance.
Tu peux comparer avec une carafe d'eau : l'eau vient remplir la forme de la carafe. De la même façon, nos perceptions se plient à nos deux « formes à priori » de la sensibilité.
Pour Kant, il n'y a aucun doute que  nous portons la loi de causalité en nous.
Il admet que l’homme ne peut avoir aucune certitude sur la vraie nature du monde « en soi ». Il peut seulement connaître comment le monde est « pour moi ». Ce point est le point essentiel de la philosophie de Kant.

Pour Hume, il était impossible de sentir ou de démontrer ces lois naturelles. Pour Kant, ces lois existent puisque c'est notre faculté de connaître qui organise la connaissance, et non point les objets qui la déterminent.
Tu te rappelles ce que Hume prétendait : l'habitude seule nous fait croire à un enchaînement logique des phénomènes dans la nature. Kant, lui, considère justement comme une qualité innée de la raison ce qui chez Hume était indémontrable. La loi de causalité prévaudra toujours, tout simplement parce que l'entendement de l'homme considère chaque événement dans un rapport de cause à effet.
Selon Kant, d'un côté nous avons les éléments extérieurs que nous ne pouvons pas connaître avant d'en avoir fait l'expérience et c'est ce que nous appelons la matière de la connaissance. D’un autre côté, nous avons les caractéristiques de la raison humaine, comme par exemple de concevoir chaque événement dans l'espace et le temps ou encore de le situer dans un rapport de cause à effet : c'est ce qu'on peut appeler la forme de la connaissance.
Imagine-toi un chat couché dans le salon. Une balle se met à rouler à travers la pièce. Que va faire le chat à ton avis ?
— Oh ! c'est très simple : le chat va courir après la balle. D'accord. Imagine maintenant que c'est toi qui es dans la pièce. Aurais-tu eu la même réaction que le chat?
 — Non, je pense que je me serais d'abord retournée pour voir d'où venait la balle.
 — Parce que tu es un être humain, tu es portée à t'interroger sur la cause de chaque événement. La loi de causalité est inhérente à la constitution de l'être humain.
Mais Kant dit bien que la raison n'est pas complètement développée chez un petit enfant avant qu'il n'ait vraiment un grand champ d'expérience à sa disposition.
Kant pensait que l’homme est incapable de trouver des réponses à certaines questions à savoir si l'homme a une âme immortelle, s'il existe un dieu, si la nature est constituée de minuscules particules ou encore si l'univers est fini ou infini...


Quand nous nous interrogeons sur l'origine du monde et hasardons des hypothèses, la raison tourne en quelque sorte à vide, car nous ne disposons pas de « phénomènes » sensibles à proprement parler ou d'expériences auxquelles se référer. Nous ne pouvons jamais faire l'expérience de la totalité qui nous englobe. Nous ne sommes pour ainsi dire qu'une partie de la balle qui roule sur le sol sans pouvoir savoir d'où elle vient. Mais notre esprit est ainsi fait que nous ne pouvons nous empêcher de nous interroger sur l'origine de la balle et sur toutes sortes de problèmes même si nous n'avons pas grand-chose de concret à nous mettre sous la dent.
Kant a ouvert la voie à une nouvelle dimension religieuse : La foi remplace l'expérience pour certaines questions.

Il était selon lui nécessaire à la morale de l'homme de présupposer que l'homme a une âme immortelle, qu'il existe un dieu et que l'homme a un libre arbitre. Contrairement  à Descartes, Kant précise bien que c'est la foi qui l'a amené à ces conclusions et non la raison.

Pour lui, la foi en une âme immortelle, en l'existence de Dieu et le libre arbitre de l'homme sont des postulats pratiques.

Pour prouver l'existence de Dieu, les rationalistes, Descartes en tête, tentent de démontrer son existence en disant que nous avons l'idée d'un « être parfait », tandis que d'autres comme Aristote et saint Thomas d'Aquin voient en Dieu la première cause de toutes choses.
Kant rejetait ces deux preuves de l'existence de Dieu. Jamais l'expérience ne peut nous fournir le moindre fondement pour affirmer que Dieu existe ou non.
Pour Kant, tous les hommes sont dotés d'une raison pratique qui leur permet en toute occasion de distinguer le bien du mal sur le plan de la moralité.
Hume déclara qu'il était impossible de démêler le vrai du faux, puisque ce qui « est » n'implique pas ce qui « doit être ». Selon lui, pas plus notre raison que notre expérience sensible ne nous permettent de distinguer le vrai du faux. Pour lui, c'était une pure question de sentiments.

Par contre, Kant a toujours ressenti que la distinction entre le bien et le mal recouvrait quelque chose de réel. Il rejoignait en cela les rationalistes pour qui la raison permettait de faire le tri. Tous les hommes savent ce qui est bien et ce qui est mal, et nous le savons, non parce que nous l'avons appris mais parce que c'est inscrit dans notre raison.
Selon Kant, tous les hommes ont accès à la même loi morale universelle qui constitue  le fondement de notre vie morale qui  vaut pour tous les hommes quelle que soient leur époque et leur société.

Kant pense que cette loi morale est « catégorique », c'est-à-dire qu'elle vaut pour toutes les situations et qu'elle est « impérative », c'est-à-dire qu'elle donne un ordre auquel on ne peut qu'obéir.

Kant formule cette loi morale de différentes manières
-   Agis uniquement d'après la maxime qui fait que tu peux vouloir en même temps qu'elle devienne une loi universelle.
-   Agis de telle sorte que tu traites l'humanité aussi bien dans ta personne que dans la personne de tout autre toujours en même temps comme une fin et jamais simplement comme un moyen.
-       La loi morale est pour Kant aussi absolue et universelle que le principe de causalité, par exemple. La raison est impuissante à la démontrer, mais elle n'en reste pas moins incontournable. Personne ne peut le nier.
-       Quand Kant décrit la loi morale, il décrit la conscience de l'homme. Nous ne pouvons pas démontrer ce que nous dit notre conscience morale, mais nous le savons malgré tout parfaitement bien.
-       Quand je fais quelque chose, je dois donc désirer que tous les autres dans une même situation aient la même attitude que moi
-       Nous ne devons pas « utiliser » les autres pour essayer d'en tirer un profit personnel.
Selon Kant, il y a une éthique du devoir. Ainsi,  pour mériter le terme d'action morale, il faut que ce soit le résultat d'une victoire sur soi-même. Il faut sentir que c'est son devoir d'agir de la sorte. L'éthique de Kant est une éthique de la bonne
volonté.
Je peux ressentir que c'est mon devoir de recueillir des fonds pour la Croix-Rouge ou les Restos du cœur.
— Oui, ce qui importe c'est que tu le fasses avec le sentiment d'accomplir quelque chose de juste. Même si une partie de l'argent récolté n'arrive pas à destination et ne nourrit pas ceux qui avaient faim, tu auras suivi la loi morale. Tu auras agir par devoir, ce qui est aux yeux de Kant la seule chose qui compte et non, comme on pourrait le croire, les conséquences de ton acte.
Kant divise l'homme en deux :
-   Un être sensible soumis à la loi de causalité, il ne peut pas choisir ce que ses sens perçoivent, des expériences influence sur lui indépendamment de sa volonté.
-   Mais il est aussi un être doué de raison qui lui permet de faire des choix moraux.
En tant qu'êtres sensibles, nous faisons partie intégrante de l'ordre de la nature et ne pouvons à ce titre exercer aucune volonté. Mais en tant qu'êtres doués de raison, nous appartenons au monde tel qu'il est, indépendamment de nos perceptions. En suivant notre « raison pratique » qui nous permet de faire des choix moraux, nous manifestons notre liberté. Car en nous pliant à la loi morale, nous ne faisons qu'obéir à une loi que nous nous sommes imposée.
On finit en effet par être l'« esclave » de ses désirs, de son propre égoïsme par exemple. Il faut une bonne dose d'indépendance et de liberté pour se détacher de ses envies et de ses désirs.
Dans son Projet de paix perpétuelle, Kant écrivit que tous les pays devaient s'unir pour former une « assemblée des peuples » qui veillerait à la paix entre toutes les nations.
Kant est en quelque sorte le parrain de l'idée des Nations unies. Seule la « raison pratique » de l'homme permettait de faire sortir les États, selon Kant, d'un « état naturel » qui les poussait à d'incessantes guerres entre eux et pouvait créer un nouvel ordre international qui empêcherait les guerres.
Il fallut attendre cent vingt-cinq ans après la parution de ce texte, en 1795, pour que soit créée la Société des Nations, après la Première Guerre mondiale. Elle fut remplacée après la Deuxième Guerre mondiale par les Nations unies.

A suivre…


Rachida KHTIRA

Software Engineer at the Moroccan Ministry of Finance.
Interests: Reading, travel and social activities.