Monday, February 27, 2017

Le monde de Sophie - Partie 7




VII. Le Siècle des Lumières en France

Au début du xvIIIe siècle, l'Angleterre était le centre de la philosophie, l'Allemagne au milieu et la France à la fin du xvIIIe siècle. Il est vrai qu’après Hume, le grand système philosophique était celui de Kant. Toutefois, la France comptait de nombreux penseurs comme Montesquieu, Voltaire, Rousseau et tant d'autres. Ces philosophes s’étaient rendus en Angleterre où ils étaient fascinés par la science expérimentale anglaise surtout la physique universelle de Newton, par la conception de la politique de Locke ainsi que par la philosophie britannique. Hume était mort en 1776, environ vingt ans après Montesquieu et deux ans avant Voltaire et Rousseau qui étaient mort en 1778. Les pensées générales partagées par la plupart des philosophes français du siècle des Lumières traitent  les thèmes suivants.

La Révolte contre L'autorité

Au début de xvIIIe siècle, l’Angleterre était le centre de la philosophie et jouissait d'une plus grande liberté en comparaison avec la France. De nombreux philosophes français étaient influencés par la philosophie britannique et la conception de la politique de Locke. De ce fait, ils se sont révoltés contre l'autorité sous toutes ses formes : l'Eglise, le roi et la noblesse.  D’où la révolution de 1789.

Le Rationalisme

Le siècle des Lumières est appelé aussi le siècle du « Rationalisme ». En effet, à cette époque, la nouvelle science expérimentale avait montré que la nature suivait des lois bien précises. Ceci a influencé sur les philosophes du siècle des Lumières qui avaient une foi immuable en la raison de l'homme et voulaient jeter les bases rationnelles de la morale et de la religion.

L'Optimisme Culturel

Pour les philosophes des lumières, le progrès est une bonne chose si on répand la raison et la connaissance dans la société. Ainsi, avec le temps, l'ignorance et la superstition cèderont la place à une humanité « éclairée ». Les philosophes de cette époque accordaient une place primordiale à l'éducation. Ils affirmaient que la misère et l'exploitation n'étaient que la conséquence de l'ignorance et de la superstition. Ainsi, pour fonder une meilleure société, il faudrait éclairer les couches profondes de la population. La pédagogie date de ce siècle et l’œuvre la plus marquante de cette époque était la production d’une grande encyclopédie en 28 volumes avec la collaboration de tous les grands philosophes des Lumières de 1751 à 1772.

Le Retour à la Nature

Pour les philosophes du siècle des lumières, le mot « Nature » signifiait presque la même chose que « Raison » car la raison de l'homme est pour eux une donnée de la nature. Jean-Jacques Rousseau disait : « Nous devrions retourner à la nature. Pour lui, la nature est bonne et l'homme est, par nature, bon. Tout le mal réside en la société. Selon Rousseau, l'enfant devrait avoir le droit de vivre dans son état d'innocence « naturelle » longtemps que possible. Là encore le statut particulier de l'enfance date du siècle des Lumières, alors qu'avant ce n'était qu'une préparation à la vie d'adulte.

La Religion Naturelle

Les philosophes du siècle des Lumières pensaient que le monde était trop soumis à la raison pour envisager la possibilité de concevoir un monde sans Dieu. Toutefois, la religion devait retrouver des racines rationnelles et il fallait dépoussiérer le christianisme de tous ces dogmes arbitraires et de ces professions de foi que l’Eglise a créé. La croyance en l'immortalité de l'âme relevait davantage du domaine de la raison que de celui de la foi. De plus, beaucoup de philosophes se déclaraient pour le Déisme qui est une conception selon laquelle Dieu a créé le monde il y a longtemps, et ne s'est pas manifesté depuis. Dieu se réduit donc à un « Être suprême » qui ne se révèle qu'à travers la nature et ses lois, et non de manière « surnaturelle ».

Les Droits de l'Homme

Les philosophes français du siècle des Lumières luttaient pour la reconnaissance des droits de chaque individu, du seul fait qu'il est né homme. C'est ce qu'on entend par droits « naturels » des citoyens. Ces droits sont relatifs à :

  • La liberté d'expression, dans le domaine de la religion, de la morale et de la politique. 
  • La lutte contre l'esclavage
  • L’adoucissement des traitements des criminels

La révolution de 1789 établissait un certain nombre de droits qui valaient pour tous les « citoyens » et adoptait le slogan de « Liberté, égalité, fraternité ». Le principe de l'« Inviolabilité de tout individu » est exposé à la fin de la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen qui était rédigée par l'Assemblée nationale française en 1789. Les Nations Unies reposent sur les idéaux et les principes des philosophes français du siècle des Lumières.

  • Les Droits des Femmes
Sous la Révolution, les femmes ont participé au combat contre l'Ancien Régime. A Paris, plusieurs salons ont été tenus par des femmes qui revendiquaient les mêmes droits politiques que les hommes ainsi que des réformes concernant le mariage et le statut social de la femme. En 1787, le philosophe Condorcet a publié un écrit sur les droits des femmes, où il a déclaré que les femmes ont les mêmes « droits naturels » que les hommes. Cependant, après la révolution, la domination masculine habituelle revient à nouveau. Parmi les femmes qui luttaient pour l'égalité des droits entre hommes et femmes, on cite Olympe de Gouges qui en 1791 a publié une Déclaration sur les droits des femmes. Malheureusement, elle était guillotinée en 1793 et toute action politique était désormais interdite aux femmes. C’est seulement en  XIXe siècle qu'il y a eu un nouveau mouvement des femmes en France et dans toute l'Europe.

A suivre (Kant, Hegel, Kierkegaard, Marx, Darwin, Freud,..)


Rachida KHTIRA

Software Engineer at the Moroccan Ministry of Finance.
Interests: Reading, travel and social activities.