Wednesday, December 30, 2015

Et si c’était vrai - Extraits



Auteur : Marc Levy


Surmonter l’impossible




Rien n'est impossible, seules les limites de nos esprits définissent certaines choses comme inconcevables. Il faut souvent résoudre plusieurs équations pour admettre un nouveau raisonnement. C'est une question de temps et des limites de nos cerveaux. Greffer un cœur, faire voler un avion de trois cent cinquante tonnes, marcher sur la Lune a dû demander beaucoup de travail, mais surtout de l'imagination. Alors quand nos savants si savants déclarent impossible de greffer un cerveau, de voyager à la vitesse de la lumière, de cloner un être humain, je me dis que finalement ils n'ont rien appris de leurs propres limites, celles d'envisager que tout est possible et que c'est une question de temps, le temps de comprendre comment c'est possible.


Profiter du temps




Chaque matin, au réveil, nous sommes crédités de 86400 secondes de vie pour la journée, et lorsque nous nous endormons le soir il n'y a pas de report à nouveau, ce qui n'a pas été vécu dans la journée est perdu, hier vient de passer… Alors qu'en faisons-nous de nos 86400 secondes quotidiennes.

Tu veux comprendre ce qu'est une année de vie: pose la question à un étudiant qui vient de rater son examen de fin d'année. Un mois de vie: parles-en à une mère qui vient de mettre au monde un enfant prématuré et qui attend qu'il sorte de sa couveuse pour serrer son bébé dans ses bras, sain et sauf. Une semaine: interroge un homme qui travaille dans une usine ou dans une mine pour nourrir sa famille. Un jour: demande à deux amoureux transis qui attendent de se retrouver. Une heure: questionne un claustrophobe, coincé dans un ascenseur en panne. Une seconde: regarde l'expression d'un homme qui vient d'échapper à un accident de voiture, et un millième de seconde: demande à l'athlète qui vient de gagner la médaille d'argent aux jeux Olympiques, et non la médaille d'or pour laquelle il s'était entraîné toute sa vie.


Savoir vivre




Chacun a son monde, le tout est de planter ses racines dans la terre qui nous convient.

On ne peut pas tout vivre, alors l’important est de vivre l’essentiel et chacun de nous a “son essentiel”.

La vie se goûte à l'appétit de tous les jours.

C'est pendant qu'on calcule, qu'on analyse les pour et les contre, que la vie passe, et qu'il ne se passe rien.

Il faut croire que la plus grande inconscience de l’homme, c’est celle de sa propre vie.

Une partie de l’art de vivre dépend de notre capacité à combattre notre impuissance.


Apprendre à aimer




Il faut être soi-même pour pouvoir aimer.

Le risque d’aimer, c’est d’aimer autant les défauts que les qualités, ils sont indissociables.

Celui qui ne sait pas partager est infirme de ses émotions.

Une des qualités fondamentales pour vivre à deux c’est la générosité.

C'est lorsque l'on donne du peu que l'on a, que l'on donne vraiment.

Les émotions sont faites pour être partagées.


Chercher le bonheur




Personne n’est propriétaire du bonheur, on a parfois la chance d’avoir un bail, et d’en être locataire. Il faut être très régulier sur le paiement de ses loyers, on se fait exproprier très vite.

Il faut identifier le bonheur lorsqu'il est à ses pieds, avoir le courage et la détermination de se baisser pour le prendre dans ses bras… et le garder.




Tous les rêves ont un prix.

Le doute et le choix qui l’accompagne sont les deux forces qui font vibrer les cordes de nos émotions.

"Sinon…", c'est souvent un mot de trop.

Il est un temps où il faut s'avouer ses propres vérités et identifier ce que l'on attend de la vie.

Le pire mensonge est de se mentir à soi-même. 

Demain est un mystère, pour tout le monde, et ce mystère doit provoquer le rire et l’envie, pas la peur ou le refus.

Les parents sont des montagnes que l’on passe sa vie à essayer d’escalader, en ignorant qu’un jour c’est nous qui tiendront leur rôle.

Les adultes ont peur parce qu’ils ne savent pas faire la part des choses.


Rachida KHTIRA

Software Engineer at the Moroccan Ministry of Finance.
Interests: Reading, travel and social activities.




No comments:

Post a Comment