Friday, July 29, 2016

Le monde de Sophie - Partie 3




Partie III. L'hellénisme

Aristote était le précepteur d'Alexandre le Grand. Ce dernier était le roi de Macédoine. Alexandre a vaincu les Perses et a relié l'Egypte et tout l'Orient jusqu'à l'Inde à la civilisation grecque à l'aide de sa nombreuse armée. Une nouvelle ère de l'histoire appelée l'hellénisme a commencé et a duré environ trois cents ans durant laquelle la culture et la langue grecques jouèrent un rôle prédominant. Cette période, qui dura environ trois cents ans, on l'a appelée l'hellénisme. Le terme d'« hellénisme » recouvre à la fois la période proprement dite et la culture à prédominance grecque qui s'épanouit dans les trois grands royaumes hellénistiques : la Macédoine, la Syrie et l'Egypte. Cependant, à partir de 50 avant Jésus-Christ, Rome a reconquit toutes les provinces hellénistiques et par conséquent, la culture romaine et le latin ont pénétré loin en Asie et à l'ouest jusqu'en Espagne. Ce fut le début de l'époque romaine appelée aussi l'Antiquité tardive.

Le projet philosophique de l’hellénisme consista à approfondir les questions soulevées par Socrate, Platon et Aristote. Le problème essentiel pour les philosophes de l’époque était de définir le vrai bonheur et comment l'atteindre.


Les cyniques

« Que de choses dont je n'ai pas besoin! »
Socrate

Pensée
Commentaire
Les cyniques pensaient que le bonheur ne dépend pas des choses comme le luxe matériel, le pouvoir politique et la bonne santé qui sont accidentelles et instables. Le vrai bonheur est à la portée de chacun et il est indépendant de ces conditions. 

Les cyniques pensaient que l'homme ne devait se préoccuper ni de sa propre santé, ni de la souffrance, ni de la mort ni des souffrances d'autrui.
Les termes « cynique » et « cynisme » sont employés pour exprimer le manque de compassion envers autrui.

Le cynique le plus célèbre fut Diogène, qui fut un élève d'Antisthène qui avait été l'élève de Socrate et qui a été influencé par la leçon de frugalité de Socrate.


Les stoïciens

« L’homme est quelque chose de sacré pour l'homme »
Sénèque

Pensée
Commentaire
- Comme Héraclite, les stoïciens pensaient que tous les hommes faisaient partie intégrante du Logos et que chaque individu est un monde en miniature, un « microcosme » qui est le reflet du « macrocosme ».
- Ils déclaraient qu’il y a un droit valable pour tous les hommes, le «droit naturel » qui ne change pas en fonction du temps et du lieu et qui est le même pour tous, même pour les esclaves. Ils prirent ainsi le parti de Socrate contre les sophistes.
- Ils pensaient qu’il n’y a aucune différence entre l'individu et l'univers et il n’y a pas de contradictions entre l'« esprit » et la « matière ». On appelle une telle conception le «monisme» en opposé avec le dualisme de Platon.
- Ils déclaraient que l'homme doit apprendre à se réconcilier avec son destin. Les heureuses circonstances de la vie, l'homme doit aussi les accueillir avec le plus grand calme.
- Ils étaient plus ouverts à la culture de leur temps que les cyniques. Ils soulignaient l'aspect communautaire de l'humanité et s'intéressaient à la politique.
- Certains stoïciens fameux de l’époque :
1. Le  fondateur Zenon, qui était originaire de Chypres vers 300 avant Jésus-Christ.
2. L'empereur romain Marc Aurèle (121-180 après Jésus-Christ).
3. L'orateur, le philosophe et l'homme politique Cicéron (106-43 avant Jésus-Christ) qui créa le concept d'« humanisme », c'est-à-dire d'un mode de vie qui place l'individu au centre.
4. Le stoïcien Sénèque (4 avant Jésus-Christ-65 après Jésus-Christ)
- Les stoïciens  avaient l’habitude de se  rassembler sous un portique. Le nom «stoïcien» vient du mot grec (portique).
- On appelle une personne  « calme stoïque » pour qualifier une personne qui ne se laisse pas emporter par ses sentiments.

N.B : Les cyniques et les stoïciens pensaient que pour vivre heureux, l'homme devait se libérer de tout luxe matériel et d'accepter la souffrance sous toutes ses formes. 


Les épicuriens

« Le bien suprême est le plaisir, affirmait-il, le plus grand des maux est la douleur »
Aristippe, élève de Socrate

Pensée
Commentaire
- Aristippe  affirmait que  le bien suprême est le plaisir et le plus grand des maux est la douleur.
- Épicure (341-270) fonda une école philosophique à Athènes (les épicuriens). Il développa la morale de plaisir d'Aristippe tout en la combinant avec la théorie des atomes de Démocrite.
- Épicure insistait sur le fait que la satisfaction d'un désir ne doit pas faire oublier les effets secondaires éventuels qui peuvent en résulter.
- Selon Épicure, la satisfaction d'un désir à court terme doit être mise dans la balance avec la possibilité d'un plaisir plus durable ou plus intense à long terme.
- Épicure pensait que pour avoir une vie heureuse, il faut d'abord surmonter sa peur de la mort. Il se servait de la théorie de Démocrite sur les « atomes de l'âme » qui en résulte le fait qu’il n’y a pas de vie après la mort, car tous les « atomes de l'âme » s'éparpillaient de tous côtés à notre mort.
- À la différence des stoïciens, les épicuriens s’intéressaient peu à la politique et la vie sociale. Épicure conseillait ses disciples « Vivons cachés ! »
- Les épicuriens se retrouvaient dans un jardin. C'est pourquoi on les appelait les « philosophes du jardin ».


NB : Les cyniques, les stoïciens et les épicuriens se référaient aux présocratiques comme Héraclite et Démocrite, ainsi qu'à Socrate.


Le néo-platonisme

Le néo-platonisme est le courant d'idées le plus remarquable dans l'Antiquité tardive inspiré par la théorie de Platon. Plotin (environ 205- 270), venait d'Alexandrie et s’installa  à Rome. Il avait une théorie concurrente pour le christianisme et a exercé une forte influence sur la théologie chrétienne. Selon Plotin, il existe une lumière divine, ce qu'il appelle l'« Un » ou parfois « Dieu », d’un côté. De l'autre côté règne l'obscurité totale, là où la lumière de l'Un ne peut pénétrer. Plotin pensait que l'âme reçoit les rayons de l'Un, tandis que la matière est cette obscurité qui n'a pas de réelle existence. La différence entre Platon et Plotin est que Platon aperçoit le monde avec une dualité (âme et matière). Tandis que Plotin pensait que Tout est un, tout est Dieu car même les formes dans la nature reçoivent toutes un pâle reflet de l'Un. Au cours de sa vie, Plotin révélait d’avoir une expérience mystique et que son âme fusionnait avec ce qu’il appelait Dieu.


A suivre …


Rachida KHTIRA

Software Engineer at the Moroccan Ministry of Finance.
Interests: Reading, travel and social activities.